Pourquoi n'y a t'il jamais de soldes sur les livres et bande-dessinées ?

. . 5 commentaires:
Tous les ans, à la période des soldes, je "râle" sur le fait qu'il n'y a jamais de soldes sur les livres et bande-dessinées. Je mets "râle" entre guillemets, car si parfois j'aimerais pouvoir profiter de cette occasion pour faire de bonnes affaires, je dois admettre que la raison pour laquelle ces soldes n'existent pas et plutôt une bonne chose.

Puis, en parlant à un ami récemment, je me rendis compte qu'il ne connaissait pas le principe de la loi Lang qui est à l'origine de ces non-soldes. Je me suis dit qu'il ne devait pas être le seul, alors voici quelques petites explications et le pourquoi cette loi est bonne et préserve grandement un acteur majeur de la culture : le libraire.

Le prix unique du livre

La loi Lang date de 1981, elle doit son nom au ministre de la culture de l'époque : Jack Lang. Cette loi est la loi instaurant le prix unique du livre en France. De ce fait, elle limite la concurrence sur le prix de vente. On imagine facilement que les grandes surfaces achetant en grandes quantités pourraient se permettre de faire des marges moins importantes que les libraires et couler ainsi ces derniers.

C'est donc l'éditeur qui fixe les prix des livres neufs et il doit normalement être imprimé sur la couverture. Pratique qui se fait de moins en moins et permet aux éditeurs d'augmenter leurs prix plus facilement…

Cette loi ne s'applique toutefois que sur les livres neufs et ne concerne pas les livres anciens, soldés (pour cause de destockage et/ou fins de séries, les bouquins en stocks depuis plus de 6 mois et édités/importés depuis plus de 2 ans sont seuls éligibles aux soldes) et l'occasion.

La remise autorisée

Les vendeurs de livres neufs, qu'ils soient libraires indépendants, franchisés ou grande surfaces sont autorisés à proposer une réduction pouvant aller jusqu'à 5% du prix du livre. Ainsi, ce que la Fnac appelle par exemple ses "prix verts" sur les nouveautés en librairie n'est en fait que ces 5% déduits d'office.

Si vous effectuez vos achats chez un libraire indépendant, vous pouvez, au moment de payer, lui demander d'effectuer cette remise de 5%, il vous le refusera rarement.

Une loi parfois décriée

Parfois remise en cause, cette loi ne plait pas à tout le monde. Chacun y voyant son propre intérêt, ce que je peux comprendre. Mais en tant que lectrice, je ne peux qu'être ravie que cette loi permette aux petits libraires indépendants de survivre. Ils sont des acteurs majeurs dans le domaine culturel et leur disparition serait bien triste.

Alors tant pis pour les soldes côté bouquins. Pour faire des affaires il reste le marché de "la seconde main" et la joie de chiner dans les braderies ou dans les bacs des revendeurs d'occasion.

Si vous voulez en savoir plus sur cette loi, je vous invite à consulter la page Wikipédia sur le sujet, assez bien fournie.




Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.


Get this Related Posts Widget

5 commentaires:

  1. Concernant les soldes, il y a aussi un effet de bord intéressant :
    - Les libraires peuvent renvoyer les invendus aux distributeurs. On appel ça les retours.
    - Au bout d'un certain temps les retours sont impossible (un an je crois).
    - Peu de libraire BD peuvent se permettre de stocker 6 mois de nouveautés.
    - Un libraire gérant bien son stock a donc très peu de BD de plus de 6 mois (en dehors du fond de classique), et donc très peu de BD éligibles au soldes.

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cette remarque très pertinente :)

    RépondreSupprimer
  3. C'est bien de parler de ça de temps en temps et d'informer le public non initié.
    Très bon article.

    RépondreSupprimer
  4. Le prix unique. On devrait faire ça aussi pour l'essence. Avec une remise de 5% à la caisse. hahahaha

    RépondreSupprimer

COUPS DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?



DOSSIERS / GUIDES

Articles récents

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

Derniers commentaires

ARCHIVES