Portugal - Cyril Pedrosa

. . 3 commentaires:

On continue notre tour d’horizon de la sélection d’Angoulême avec un des grands favoris, Portugal de Cyril Pedrosa. Déjà récompensé cette année par le prix Le Point, l’œuvre a glané d’innombrables louanges, chez les critiques professionnels comme chez les apprentis du net. J’ai attendu pour ma part de la retrouver au pied du sapin pour me lancer. Résultat : comme tout le monde (ou presque) j’ai trouvé Portugal exceptionnel !

Ce récit, très introspectif, nous parle d’un jeune dessinateur en manque d’inspiration, Simon Muchat. Sa vie est monotone, incapable de prendre la moindre décision, incapable de se lancer dans une nouvelle histoire. Simon laisse donc filer le cours des jours au rythme des ateliers d’écriture et des petits festivals.

Invité dans un festival au Portugal, Simon va redécouvrir des sensations familières, des intonations, des mots qu’il pensait avoir oubliés. Cet accent, ces sonorités, ce sont celles de son enfance, ses racines familiales. Qu’il ne connaît pas. Car du côté du grand-père, on parlait peu. Une vie de labeur. Simon, en même temps qu’il redécouvre le goût du dessin, va revenir sur les traces de sa famille.

Ce long récit, c’est celui d’un retour aux sources. Un passé familial ignoré, par désintérêt sûrement, par honte peut-être. Car à travers cette histoire particulière, c’est aussi la question identitaire des immigrés que Cyril Pedrosa met en lumière. Il le fait avec une grande justesse, l’esquisse à peine, mais on en comprend de suite l’importance.

Chaque détail compte, les sons d’abord, ces expressions qu’on assimile sans les comprendre (« Cabessa d’bouro… »), ce patois qu’on redoute enfant ; puis les couleurs. De la grisaille du quotidien français on passe aux couleurs vives du Portugal et de ses habitants. Puis les deux se mélangent, les phylactères en portugais virent au jaune, puis à l’orangé. Les sentiments prennent vie dans son dessin.

Récit poignant, et pourtant infiniment pudique, Portugal est une merveille de justesse. De cette histoire simple, Cyril Pedrosa tisse le portrait de générations, déracinées, en manque de repères, et touche à l’universalité, au sublime.


 




Scénario & Dessins : Cyril Pedrosa - Editeur : Dupuis - Collection Air Libre
Récit complet.




Vous avez aimé cette chronique ? Pensez à vous inscrire à la newsletter et/ou au flux RSS pour être informé des prochaines publications.



Get this Related Posts Widget

3 commentaires:

  1. Comment ne pas être d'accord avec ta chronique ? A moins de passer complètement à côté du propos, cet album est vraiment l'un des tout meilleurs cette année. Pour moi, c'est clairement l'un des favoris pour angoulême avec Polina et Habibi

    RépondreSupprimer
  2. Je ne vois pas non plus comment il pourrait passer à côté d'un prix. Je vais entamer ces jours-ci la lecture d'Habibi, qui me faisait de l'oeil également ;)

    RépondreSupprimer
  3. Oui d'ailleurs Portugal est en cours de réimpression... Il faut pas en manquer à l'aube d'Angoulême !

    RépondreSupprimer

COUP DE COEUR DU MOMENT :

un titre ? un auteur ?

REJOIGNEZ-NOUS SUR FACEBOOK

DOSSIERS / GUIDES

ARCHIVES